Prélude à une nouvelle histoire

ou – Ode à la fin de l’hiver

Le soleil est plus ou moins timide encore. Il donne l’impression de ne pas vraiment savoir quand vraiment se montrer. Enfin, il doit être un peu malmené par cette horde de nuages toujours là, à confronter son regard. Son regard si doux et chatoyant, en cet fin d’hiver.
Le soleil m’a manqué. Encore aujourd’hui, je me demande bien où il est passé. Pendant que les nuages font leur danse rituelle dans le ciel, parfois je me demande ce qu’ils appelent. La pluie ou le soleil?
En attendant, je m’attarde à ce qui se passe sous mes pieds.


Car les graines fertiles ont pris le temps d’apprivoiser les premières apparitions lumineuses. Elles se sont laissées envelopper dans cette poésie, prélude au printemps, encore blanc.
Blanc de cette lumière qui ramène à la neige, à son décor somptueux et ses récits parfois épiques. Ces petites fleurs sauvages m’interpellent et me montrent que cet hiver au repos, n’a été qu’en fait un appel à l’éveil des mots. Ces mots qui doivent renaître entre mes doigts, ces mots qui ont été trop longtemps latents.
Petites perces-neige, parsemant le jardin, votre beauté m’inspire et je vous en remercie. J’ai sur moi, un médiateur dont je souhaite prendre soin de manière dévouée afin de continuer à sublimer cette belle nature, qui ne cesse toujours de m’étonner.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *