Et parfois je me noie

« L’intervention des dieux, c’est-à-dire le destin, semble parfois injuste et cruelle: tout, dans la nature, est sacré et l’on peut être sacrilège sans le vouloir, être puni sans l’avoir mérité »
– Les Métamorphoses d’Ovide.

C’est bientôt la fin du mois, et avant de faire un article dédié à ce mois passé, je ressens le besoin d’écrire.

Ces quelques jours passés ont été d’une violence assez inouïe. Un état latent enveloppé de tristesse, qui s’est réveillé dans mon être intérieur. Je suis fatiguée.

Je suis fatiguée de ne pas pouvoir être celle que je suis. Fatiguée d’essuyer des échecs et qu’au cours de ce mois, ils se sont enchaînés.

J’ai besoin – ô grand besoin – de me relever.

D’abord, tenter de faire fi de mes déceptions, puis tenter de ne pas me laisser influencer par ce cumul de négativité. C’est bien connu : il y a toujours une tendance à accumuler les merdes les unes après les autres. Je n’ai pas envie d’attendre que ça se passe. Je suis fatiguée.

Si je sors de mon silence, ce n’est pas dans le but de trouver auprès de vous de la compassion. Écrire me fait du bien et je sais que par ce biais, je pourrai commencer à me sortir la tête de l’eau. Je ne veux plus subir cette forte impression que la chance ne tourne pas rond.

Il ne s’agit pas de mélancolie passagère, que je gère généralement bien, en poésie, dans mon quotidien. C’est un profond désarroi que même mon corps semble souffrir, puisque il manifeste le désir de s’en débarrasser. Il me fait comprendre par cette fatigue généralisé que je dois me remettre sur pied.

Par ailleurs, ce n’est pas réellement les manifestations de mon corps fatigué qui m’ont mis la puce à l’oreille, mais plutôt le fait que je n’arrivais plus à extérioriser à travers la photographie ou toute autre expression artistique.

Ne plus avoir envie de rien fait peur, vraiment peur.

Fort heureusement, j’ai un compagnon qui me soutient.

À travers ces mots, je ne remets pas en question mes travaux photographiques. Cela met juste en lumière combien ils sont le reflet de mon âme.

Je vais mettre en œuvre des solutions pour me sortir de cet état d’esprit.

J’ai sorti mes divers jeux de divination, pour me replonger dans une introspection nécessaire. Mais pas seulement ! Je vais tenter la méditation de manière plus régulière et / ou l’auto-hypnose, afin de travailler ma confiance en soi.

Aussi, je vais lors de mon prochain rendez-vous pôle emploi, demander un suivi pour une future création d’entreprise.

J’ai envie d’oser, j’ai envie d’y croire.

En parallèle, j’ai commencé une cure de magnésium et j’attends avec impatience ma deuxième séance chez le biokinésiste-ostéopathe. J’ai bien l’impression que c’est suite à la première séance que mon corps a manifesté son mécontentement !

Concernant la création d’entreprise, je n’en dis pas plus pour le moment. c’est évidemment lié la photographie !

Je vous dit à très vite !

One thought on “Et parfois je me noie

Laisser un commentaire