Ma nature intérieure est sauvage

Le temps file et me voilà rattrapée par la fatigue et la mélancolie de ne pas prendre assez de temps. Ne pas prendre assez de temps pour créer, mais aussi me reposer. Fermer les yeux un instant, et laisser mes pensées se fixer, au lieu de les laisser aller. Parfois, ça me donne l’impression d’en avoir plein la tête, et les seuls moments qui s’offrent à moi, sont les nuits rythmées par la cadence de la sonnerie du réveil matinal.
J’ai besoin de respirer un grand bol d’air frais et m’imposer ne serait-ce qu’une seule pose pour ne pas m’abandonner dans ce tumulte et me relever, avant. Avant de regretter quoique ce soit, avant de ne plus être moi.
Ma nature intérieure est sauvage
Je dois pour cela lutter contre une fatigue qui s’est introduite en moi, chercher son origine bien que je crois l’avoir trouvée. Il semblerait en effet que je suis sujette à l’hypotension, ce qui n’est pas fatal mais parfois handicapant.

Dans ce processus, il y a quand même quelque chose d’intéressant. Dès l’instant où je me prends en main, je garde cet objectif en tête, et j’enclenche ma guérison (si j’ose dire). Je réalise enfin que toutes ces idées qui m’ont traversée l’esprit, elles sont toujours là et que je peux les exploiter. Je peux donner du sens à tout cela sans le moindre regret. Je laisse glisser les mots de mes mains et je prends le temps de les poser enfin.

Ma nature sauvage reprend le dessus, on ne peux m’imposer une cage. Je m’en libère à ma façon. Ma discrétion cache ce monde foisonnent en moi qui m’épaule partout où je vais. Ma discrétion me protège de ce monde lisse et insipide. Je sais pertinemment que je ne suis pas faite pour cela. Heureusement ma patience est un atout de valeur sûre. Car je sais, car je sais que je marche toujours dans la donne direction, même si je ne prends jamais les chemins les plus courts.

Je prends parfois ce que l’on m’offre sans entrer forcement dans le vif du sujet. J’aime avant tout tâtonner et observer et j’ose seulement, si je me sens en confiance. C’est ainsi que je suis, il n’est pas utile de me prouver que j’ai tort.
Toutefois, je suis toujours curieuse et jamais réfractaire, égoïstement j’entends. Je suis prête à tenter si l’issue peut m’être agréable, j’avoue.

Très observatrice, je suis beaucoup moins dans l’interactivité en ce moment, privilégiant la vraie, pas celle qui nous est offerte sur les réseaux sociaux. Il m’est arrivé de tenter, et de faire face à des personnes manquant cruellement d’humilité. Je ne cherche que l’entente, le bon esprit et la bienveillance.

Ce recentrage se fait / se fera loin de vous, le temps que je prendrai pour revenir avec du concret. Je me plais trop souvent dans le flou et le vague (je n’ai pas choisi pour rien d’ajouter à mon nom « divagations »!). En revanche, cela ne m’empêchera pas de partager toujours des photographies avec vous et de construire des projets!

Prenez soin de vous et de votre inspirations… <3

 

Céline

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *