La lune gibbeuse croissante

La lune n’est pas encore pleine, qu’à mes yeux, elle rayonne. Elle est si maligne d’apparaître derrière la colline, cette colline que je regarde bien souvent, en me disant « il y a bien quelque chose à voir, par delà ».
Oui, il y a toi, l’astre lunaire qui parcourt en été, cette ligne harmonieuse de la canopée. D’en bas de la vallée déjà, cette colline me paraît si grande que ton apparition ne fait que sublimer l’idée.

J’avais le cœur un peu lourd de passer à côté de toi sans te voir. Mais me voilà devant toi et prête à accueillir l’instant dans ce silence envoûtant de la vallée.

Bientôt tu t’endormiras à nouveau, pour laisser rayonner tes enfants dans ce ciel d’août noir, mais brillant…

Que tu sois recouverte d’ombre ou lumineuse, tu finiras toujours par être mon guide, ma lueur, mon refuge dans l’espoir. Mon réconfort de pouvoir encore admirer la beauté.

Dès lors, j’aimerais que tu puisses toujours briller de ton éclat dans les yeux de mes proches ou quiconque croiserait ton chemin. Comme une évidence, comme si notre instinct nous avait toujours parlé de toi.

Ton pouvoir sur moi reste entier. Merci d’être présente lorsqu’en levant les yeux je cherche ce qui pourrait raviver en moi, la certitude d’être à ma place dans cette immensité.

One thought on “La lune gibbeuse croissante

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *